Les familles ne sont ni aimables ni haïssables - à propos de Family games

May 28, 2015

 

Les familles ne sont ni aimables ni haïssables. Il était temps d'en finir avec la taule freudienne où se complaisent encore tant de scénaristes et de romancières tels des Adams et des Eves qui se donneraient rendez-vous devant l'Arbre de la Connaissance. On s'occupe dans cet ouvrage de mettre en scène divers angles de filiations et de corps, il s'y joue une partie à quatre avec échanges de rôles sous l'oeil de l'appareil photographique . Ici, prennent des airs de la Peinture Baroque un fils et un père qu'une mère dessine et que la fille cadre dehors ou dans quelque salle. Les vieux époux se livrent ailleurs à des approches de museaux, des écartements de narines et autres tours. Plus loin, de grosses pattes font du modelage sur la figure d'une créature qu'on retrouvera ensuite dans de curieuses apparitions de sorcières... Un inconnu dit en quelques pages ce qu'il voit dans cette caravane qui se moque de tous les déserts..

Entre l'humour tendre et la férocité bien comprise, on va et on vient de l'obscénité contemporaine aux figures anciennes, du plancher des vaches au Soleil joueur. Où l'on voit qu'il ne faut rien prendre avec des pincettes quand il est question d'humanité, de générations et de chairs...

Lien

 

Image extraite de l'exposition "Portrait de famille" à la fondation Écureuil pour l'art contemporain 

Please reload

Featured Posts

Inter faeces and urinam nascimur?

April 26, 2015

1/3
Please reload

Recent Posts

February 8, 2019

March 18, 2016

Please reload

Archive